La Semaine Européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH) se tient du 20 au 26 novembre 2023. Comme chaque année, cette semaine du handicap a pour objectif de sensibiliser employeurs et salariés sur la situation des personnes handicapées au travail. À cette occasion, nous avons interrogé Lucile Rochat, diététicienne chez Compass et référente handicap pour la CFE-CGC INOVA. Avec elle, nous avons évoqué 6 axes de travail forts pour parvenir à maintenir dans l'emploi les personnes en situation de handicap.

 

Anticiper le vieillissement des travailleurs

Aujourd'hui, les entreprises sont soucieuses d'embaucher des personnes handicapées. Mais elles oublient parfois d'anticiper le vieillissement de leurs salariés. Or, les salariés vieillissent et se retrouvent au fil des années en situation de handicap. Et c'est encore plus vrai dans la restauration collective où les collaborateurs occupent des postes physiquement difficiles. Fatigue, troubles musculosquelettiques, douleurs : les difficultés s'installent souvent progressivement, sans que la personne ou sa hiérarchie n'en prenne la mesure. De traitements ponctuels en arrêts maladie, le handicap peut s'installer durablement. Il est souvent trop tard quand l'entreprise et le salarié prennent conscience du point de non-retour. 

 

Revaloriser le rôle de la médecine du travail

Les collaborateurs n'ont pas forcément conscience du rôle essentiel que peut jouer la médecine du travail dans la reconnaissance de leur handicap ou de leurs difficultés. Après un arrêt maladie de longue durée, ils sont peu nombreux à demander une visite de « pré-reprise ». Pourtant, c'est bien la médecine du travail qui peut demander la mise en place d'un mi-temps thérapeutique ou d'aménagements particuliers. À la CFE-CGC, ce rôle de sensibilisation et d'information est pris à cœur par tous les élus. Nous déplorons que certains de nos collègues se retrouvent en difficulté, voire en incapacité, à cause d'une connaissance partielle des dispositifs et processus administratifs. 

 

Adapter les postes de travail 

Lorsque le collaborateur a déposé son dossier auprès de la MDPH, les services ressources humaines de l'entreprise peuvent enfin agir pour adapter le poste de travail. Il peut s'agir d'équipements, comme une ceinture dorsale, une chaise ergonomique, un assis-debout, ou bien d'aménagements d'horaires, voire de réorientation professionnelle. Il est normal qu'on ne puisse pas occuper le même poste pendant toute sa carrière. Et encore plus lorsque les carrières s'allongent… Heureusement les responsables des ressources humaines sont de mieux en mieux formés à ces questions et font le lien entre les salariés et leur hiérarchie afin que les besoins soient entendus et qu'ils trouvent une réponse concrète, acceptable et respectueuse de tous. 

 

Accompagner les travailleurs vers la reconnaissance du handicap

En tant qu'élue, Lucile Rochat fait un constat essentiel : « Nos collègues sont souvent réticents à entamer des démarches pour être reconnus travailleurs handicapés. Ils ont souvent peur de perdre leur emploi. Pourtant ce n'est pas une fatalité. Au contraire, cette reconnaissance leur permettra de bénéficier d'aides au maintien de l'emploi ou d'autres dispositifs qui s'avèrent nécessaires. Ne rien faire, c'est prendre le risque d'arriver à l'inaptitude ou l'incapacité. Rassurer nos collègues prend donc du temps. Le handicap et surtout ses conséquences dans une carrière effraient. Cet accompagnement fait partie de notre rôle d'élu et nous le prenons à cœur à la CFE-CGC ». Être reconnu « travailleur handicapé » est souvent une étape douloureuse pour la personne. Une fois le salarié rassuré, il peut se lancer dans les démarches et aller jusqu'à la création de son dossier auprès de la MDPH. 

 

Le handicap est l'affaire de tous : impliquer toute l'entreprise

La Semaine Européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées est une occasion idéale pour qu'employeurs et salariés agissent concrètement afin de changer le regard de tous sur le handicap, visible ou non, physique ou psychique. Chez Compass, les duo days sont organisés chaque année. Ils s'inscrivent dans l'accord Handicap signé en avril 2019. 

Cet accord définit 5 grands axes, que vous pouvez retrouver sur le site dédié mission-handicap-compass.fr :

        – Le recrutement et l'intégration de travailleurs handicapés,

        – Le maintien dans l'emploi de nos collaborateurs en situation de handicap,

        – La communication et la sensibilisation de l'ensemble des acteurs internes,

        – La formation de nos salariés en situation de handicap et des parties prenantes,

        – Le développement des partenariats avec le secteur protégé et adapté.

 

Parmi les initiatives fortes, l'entreprise a mis en place un réseau de Han-bassadeurs et Han-bassadrices. Ils sont : comptable, chef de cuisine, ingénieur, directeur ou directrice de restaurant, chargé de recouvrement. Dans tous les services et sur tous les sites, les volontaires ont été formés par la Mission Handicap et ont accepté plusieurs missions : 

 – Diffuser et communiquer les messages forts autour du handicap afin de lever les idées reçues et préjugés

– Orienter les salariés identifiés en situation de handicap ou exprimant le besoin d'être accompagné vers la Mission Handicap en accord avec le salarié

 – Informer les collaborateurs en situation de handicap de l'intérêt et la démarche RQTH

 – Être le relais de la mission handicap pour toutes les actions de sensibilisation

 

Pour en savoir plus sur les idées de la CFE-CGC pour soutenir l'emploi des personnes en situation de handicap, rendez-vous sur notre site.

Partager l'article sur :